Prothèse totale de hanche par voie antérieure


INTRODUCTION

L’articulation de la hanche correspond à la jonction entre le membre inférieur et le bassin. La tête du fémur est mobile dans une cavité que l’on appelle le cotyle. L’arthrose signifie la destruction plus ou moins importante du cartilage, revêtement qui permet lorsqu’il est intact la mobilité normale et sans douleur de l’articulation. Dans l’état actuel des avancées scientifiques, ce cartilage ne peut être régénéré. Lorsque l’arthrose est très avancée, les symptômes apparaissent, ils associent raideur et douleur de l’articulation. La raideur limite l’amplitude des mouvements, et entraine l’apparition d’une gêne de plus en plus marquée dans la vie quotidienne, comme la difficulté à se chausser, enfiler des chaussettes etc. La douleur entraine la limitation progressive de la marche, et la nécessité de recourir à des antalgiques de manière de plus en plus fréquente. Les douleurs sont le plus souvent inguinales, elles peuvent être latérales ou fessières. L’évolution peut être très variable selon les individus, parfois l’évolution est lente et progressive sur plusieurs années, parfois la dégradation de l’articulation est rapide en quelques mois.

Le premier traitement doit être médical, il associe l’adaptation des activités notamment sportives, la réduction pondérale si nécessaire, dans certains cas le port d’une canne. Le traitement médicamenteux associe des antalgiques et des anti inflammatoires (en l’absence de contre indication), en particulier lors des poussées douloureuses, voire des anti arthrosiques, qui peuvent avoir un effet sur les symptômes, mais qui n’ont pas fait la preuve de leur efficacité sur l’évolution de l’arthrose. Il est parfois possible de recourir à des infiltrations, réalisées avec un contrôle radiologique, dont l’efficacité est variable et plus ou moins prolongée.

 

L’éventuel remplacement par une prothèse de l’articulation de la hanche peut être discuté lorsqu’est constaté l’échec du traitement médical, et lorsque l’arthrose devient de plus en plus invalidante : les poussées douloureuses sont de plus en plus rapprochées, parfois la douleur est permanente, non ou mal soulagée par les antalgiques, le périmètre de marche se réduit de plus en plus, la raideur entrave les mouvements de la vie quotidienne. L’indication se fait au cas par cas, en expliquant au patient les bénéfices attendus, les modalités et les suites de l’intervention, mais aussi ses risques.

 

 

hanche

 

 

 

 

 

 

 

 

Principe de l'intervention

Bilan pré opératoire

L'Hospitalisation

Les suites

Les Complications possibles